Itinéraire : Un mois au Nicaragua

POSTED BY   Christelle
11 août 2017
Itineraire au Nicaragua

Le Nicaragua est une superbe destination, que l’on soit un amoureux de la nature, un marcheur avéré anti-plage ou au contraire un surfeur ou un yogi amoureux du hamac. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Retour en quelques mots sur notre itinéraire d’un mois passé dans ce pays.
Une précision rapide avant de nous lancer dans les descriptions : l’itinéraire n’inclut aucune destination sur la côte Caraïbe car nous avons fait le choix de voyager sur cette côte au Costa Rica. Cela ne veut absolument pas dire qu’elle ne vaut pas le détour car, au contraire, nous en avons entendu beaucoup de bien. Les voyageurs avaient particulièrement apprécié la ville de Bluefields et les Corn Islands. Le seul bémol de cette côte serait son accès difficile en transport ce qui complique la combinaison des deux côtes si vous êtes sur un itinéraire de courte durée.

 

Première étape : Managua

Cathedrale de Managua

A notre grande surprise, cette ville n’a absolument rien d’extraordinaire. Sans centre historique à proprement parler – un musée d’histoire règne au beau milieu de la grande place de la Revolution, déserte… – cette ville n’en est pas vraiment une au sens des capitales européennes que nous connaissons. Sans centre donc, il est difficile de se repérer dans cette ville ou seules des maisons ou des petits commerces s’alignent le long des grandes routes. A cela s’ajoutent certaines zones qui concentrent quelques bars ou restaurants mais qui, encore une fois, n’ont rien d’exceptionnel et et que vous devez rejoindre en taxi car la ville est relativement dangereuse. On déconseille donc d’y passer trop de temps.

Où loger ?

Backpackers Inn a été notre point de chute pour 2 nuits, le temps de choisir les prochaines étapes. Chambres basiques mais propres avec des parties communes agréables : piscine, 2 cuisines plutôt fonctionnelles, espace détente avec des canaps et des hamacs. Le point positif ? L’auberge n’est pas loin des commerces et surtout de la gare des bus.

Nos coups de coeur ?

  • La soirée salsa au Fandango. Si vous êtes trop timides pour danser, allez-y au moins pour regarder. Cela vaut vraiment le coup.
  • La rencontre avec les membres de l’association El Techo lors d’une exposition photo organisée dans un bar local.

 

Direction la belle ville de Leon, notre coup de coeur du voyage !

Cathedrale de Leon

Après avoir été clairement déçus par l’accueil un peu rigide de Managua, direction la belle ville de Léon. Sans s’attendre à quoi que ce soit de particulier, voilà une ville – d’ailleurs anciennement capitale du pays – qui en porterait, encore aujourd’hui, honorablement le flambeau. Petite ville charmante et surtout condensé historique, Léon nous a vraiment séduit. On vous conseille notamment de visiter la belle cathédrale de Léon, l’une des plus grandes d’Amérique Centrale et monter sur le toit pour avoir une vue imprenable sur la ville. Si vous avez l’âme poète, vous aurez la chance de vous recueillir sur la tombe de Ruben Dario, plus célèbre poète nicaraguayen. Amateur d’art, on vous conseille le Musée d’Art Moderne qui possède une très belle collection d’oeuvres amérindiennes mais pas que (Warhol, Picasso, Chagal sont par exemple de la partie). Le Musée de la Révolution est également surprenant pour discuter avec d’anciens Révolutionnaires et avoir leur point de vue sur la question. Enfin, l’auberge de jeunesse El Albergue organise aussi des soirées cinéma ou poésie qui rajoutent une petite touche culturelle au décor.
Cependant, si la ville de Léon est si intéressante, c’est aussi pour ses environs ! Plages et villages de pêcheursà 20 min, Volcans et d’innombrables treks à 30min.

Où manger ?

  • Faites un tour sur le marché central pour profiter des comedores (a l’intérieur du marché) et des fritangas (présentes devant le marché) afin de gouter les spécialités locales pour un petit budget.
  • Ne manquez pas le restaurant “Teali” qui est accolé à l’auberge El Jardin et tenu par une petite grand mère. C’est notre meilleure adresse du séjour en termes de rapport qualité-prix : cuisine maison a 50 CDB le plat et un excellent batido a 20 CDB.
  • Pour une pause café ou thé vous pouvez vous rendre a Pan y Paz. Vous n’y serez pas dépaysés car la cafétéria / restaurant sert des spécialités françaises mais la cour intérieure est très jolie et le WiFi stable.
  • Si vous n’en pouvez plus du Gallo Pinto, d’autres options s’offrent également à vous ! Pour des Tacos pas chers allez chez Don Jack’s (c’est aussi là qu’on sert les meilleurs frites). Pour une bonne salade rendez-vous au Paz de Luna.

Où loger ?

Nous avons dormi à l’auberge El Jardin (18$ la chambre pour deux avec salle de bain privative et petit-dej inclus). L’auberge et la cuisine commune sont propres, le personnel très aimable et vous avez le choix entre hamacs et table de billard.

Nos coups de coeur ?

  • Notre rencontre avec Areison et Mario ainsi que la journée passée dans la famille de Mario à cuisiner avec sa mère.
  • Le restaurant “Teali”, meilleur rapport qualité-prix !
  • Cours de yoga à 3$ à la Casa de la Cultura.

 

Les environs de Leon

La chaine volcanique « Los Maribios »

Volcan Nicaragua

Absolument magnifique, cette région mérite d’être explorée pour la beauté de sa chaine volcanique et l’ensemble des activités qui y découlent : descente du volcan Cerro Negro en luge, observation de la lave volcanique du Telica, ou encore l’ascension des volcans El Hoyo, Asosca ou San Cristobal – plus haut volcan du pays – pour les plus sportifs…
Il y a 4 agences à Leon qui proposent des excursions sur la chaine volcanique. Elles se trouvent toutes dans un rayon de 100m donc prenez le temps de faire le tour et choisir celle qui est la mieux adaptée pour vous. Pour notre part, nous avons opté pour le trek d’El Hoyo de 2 jours avec l’association Quetzal Trekkers.

  • Pourquoi ce trek-ci ? C’est le trek le plus complet et il offre une vue exceptionnelle sur l’ensemble de la chaine volcanique. Il inclut la descente en luge du Cerro Negro, l’ascension du volcan El Hoyo et la nuit en tente au cratère, le lever du soleil sur la chaine volcanique, la descente jusqu’au lagon formé dans le cratère du volcan ou l’on peut se baigner.
  • Pourquoi avec Quetzal Trekkers ? Il s’agit d’une association qui reverse 30% des recettes à des projets locaux qui luttent contre la pauvreté, la faim et en faveur d’une meilleure éducation. Les deux petits moins de l’expérience : les guides sont des bénévoles qui n’ont parfois pas une connaissance très poussée de la région ou du pays. Par ailleurs, les sacs à porter sont très lourds. On vous demande d’embarquer avec vous 6 litres d’eau… On sait qu’il vaut mieux avoir trop d’eau que pas assez mais faut pas abuser.

 

Poneloya, isla de Los Brasiles & le Surfing Turtle Lodge

View from Surfing Turtle Lodge

Histoire de se ressourcer après le trek, direction Poneloya, à une vingtaine de minutes en chicken-bus depuis la gare de bus de Léon. Poneloya étant un village de pêcheur, le bord de mer n’est pas vraiment propice à la baignade. Par contre, vous avez la possibilité de prendre une petite barque qui vous dépose sur l’ile Los Brasiles qui se situe juste en face. Si vous souhaitez vous y rendre, vous n’aurez d’autres choix que de séjourner au Surfing Turtle Lodge, auberge très sympa au milieu de la nature. On la recommande pour les amoureux de surf qui peuvent y louer une planche, prendre des cours ou profiter seuls des vagues du Pacifique en toute tranquillité. Pour les amoureux du farniente en revanche, il est difficile de se baigner car les vagues sont fortes mais il vous reste toujours une très belle plage pour bronzer. A cela s’ajoutent d’autres options : la possibilité de monter à cheval sur la plage (absolument splendide !), cours de yoga amateurs mais gratuits, ping-pong et volley-ball. Les prix sont un peu plus élevés que la normale (36$ pour une double mais autour de 10$ pour un dortoir) donc nous n’y avons passé que 2 nuits.

 

Las Penitas et ses plages

Plage Las Penitas

Las Penitas est une super option pour s’évader quand la température grimpe à Leon ! A une trentaine de minutes seulement, vous pouvez bénéficier des belles plages de las Penitas. Depuis l’ancien village de pêcheur, jusqu’à la Croix (point de vue en bout de plage) s’étend une longue plage de sable bordée de petites auberges, restaurants et locations de surf. L’endroit va satisfaire tout le monde : la tranquillité des vagues vous permet de vous baigner mais aussi d’essayer le surf ; la très grande plage vous permet en quelques pas d’être seul en farniente. Tous les hostels proposent de quoi manger mais on vous conseille d’aller plutôt au village de pêcheur, plus reculé, pour manger un poisson grillé à la locale et moins cher.

 

Matagalpa et ses plantations de café

Graine de Cafe

Cap sur Matagalpa, ville plus au Nord, connue pour ses exploitations de café. Vous pouvez vous y rendre en prenant un bus direct à la gare de Leon. Le trajet dure environ 5 heures. Si la ville n’est pas des plus intéressantes (elle en reste pas moins sympathique), c’est surtout ses alentours qui en valent le détour. Dans notre cas, nous les avons découvert avec Guillermo, un guide local que nous avons rencontré via le propriétaire de notre auberge. Il nous a montré un bout de la ville, le charme de son marché et surtout une plantation de café des plus locales, celle de Don Pedro (un paysan agriculteur producteur de café depuis près de 40 ans). Don Pedro nous a expliqué le process de production du café de A à Z, en passant par la visite des champs – ou l’on a vu des paresseux – au grain moulu. Il a également partagé avec nous, autour d’un café bien entendu, son expérience en tant que soldat durant la Révolution de 79. Une excursion riche, complète et surtout… privée car nous étions seuls et avons croisé aucun touriste ! Pour cette raison, on vous conseille vivement les services de Guillermo car il peut créer un tour qui répondra à tous vos besoins et qui restera moins cher et plus authentique que les tours proposés par les autres agences.

Où loger ?

Nous avons séjourné à Martina’s place, en centre ville. Le propriétaire est très sympathique et peut vous mettre en contact avec des guides locaux. Les dortoirs de l’auberge sont énormes alors que les prix ne le sont pas du tout : comptez 10$ pour un lit en dortoir, avec le petit-dej inclus !

Nos coups de coeur ?

  • Notre guide, Guillermo, de l’agence Nativo Tours. En plus du tour, nous avons partagé un restaurant puis une bière dans une discothèque locale avec lui. Super flexible, il nous a quand même sorti « C’est pas grave », quand on lui a dit qu’on avait un problème bancaire et ne pouvions payer le tour que quelques jours après, soit après notre départ de la ville.
  • La guirilla, spécialité culinaire de Mataglapa, que nous avons mangé dans un restaurant typique derrière la place centrale.

 

Granada et son architecture

Granada

Direction Granada, plus au sud, ou nous avons passé deux jours. La ville est très jolie mais bien plus touristique (la plus touristique de tout le Nicaragua d’après nous)! Elle est notamment fameuse pour son architecture, ses bâtiments colorés et les petites cours intérieures des maisons coloniales. Nous avons particulièrement apprécié les petites galeries d’art qui se nichent un peu partout dans la ville mais n’ont pu découvrir la ville ou ses environs en profondeur car nous étions malades. On recommande – conseils de voyageurs rencontrés sur la route : le marché artisanal de Masaya sur la route entre Managua et Granada et la Laguna de Apoyo dans les environs de la ville.

Où loger ?

Alors que Granada est l’une des villes les plus chères du pays, c’est la que nous nous sommes logés pour le moins cher. Tout ça grâce a une chambre privée, dans l’arrière cour du restaurant Gallo Pinto, que nous avons loué pour un prix de 10$ par nuit. Clairement un bon plan !

 

L’ile d’Ometepe

Isla de Ometepe

L’ile d’Ometepe, vous en entendez parler des que vous arrivez au Nicaragua. Connue pour être un incontournable du pays, avec ses deux volcans (Concepcion et Maderas) culminants la petite ile, nous avions des attentes assez hautes…qui n’ont pas vraiment été satisfaites. Pourquoi ? L’ile est très mal desservie niveau transport si vous choisissez de vous loger sur l’ile la plus reculée. L’endroit n’a rien de magnifique si ce n’est les couchers du soleil. Enfin, l’ile grouillait d’endroits pour touristes alors qu’elle était déserte… ce qui est chouette pour profiter hors de la horde touristique mais qui devient un peu glauque quand on allume la lumière rien que pour vous en rentrant dans un café. Quelques conseils malgré tout ça ? Louez un scoot pour faire le tour de l’ile. Grimpez en haut du volcan Concepcion ou du volcan Maderas pour profiter de la vue. Allez vous balader a Charco Verde dans la réserve naturelle (malgré la pluie nous avons vu des singes !). Dégustez un poisson grillé au bord du lac au restaurant El Tesoro de Pirata. Baignez vous a Playa Domingo pour profiter de la plage et du coucher de soleil sur le volcan Maderas.

Notre coup de coeur ?

Ballade jusqu’a Balgue et verre au Toto Ecolodge. Il vous suffira de prendre un jus d’orange pour profiter d’une piscine a débordement avec une superbe vue ! Bon plan !

 

San Juan del Sur, ville du surf et de la fiesta !

Coucher du soleil San Juan

Retour a la civilisation avec cette petite ville tout au sud de la cote Pacifique du pays. Légèrement hipster, cette ville nous a plu car il y a beaucoup d’activités possibles dans ses environs et elle reste très accueillante en son centre. Il n’y a rien a visiter en particulier hormis le Musée du Cacao et un mini marché dans la rue principale. Par contre une ballade d’une heure vous emmène en haut des falaises pour voir le Santo Cristo (la deuxième plus grande statue du Christ d’Amérique) et profiter d’une belle vue panoramique. Admirez, en redescendant, un beau coucher du soleil sur les quelques bateaux du port de la plage principale. La ville est aussi très connue pour ses Sundays Fundays, sorte d’immense fête qui dure de 14 heures a 4 heures et qui fait le tour de 3 auberges de jeunesse (30$ le tour sans alcool). Au menu : gars musclés en marcels, filles torchées en maillot de bain et de l’Electro Dance Music a l’américaine. Si vous voulez profitez de ce spectacle assez marrant a moindre prix faites comme nous, sautez l’aprem et foncez directement a la dernière auberge ou l’entrée est gratuite. Niveau activités, profitez plutôt des plages alentours pour surfer, vous balader ou vous baigner. Amateurs de yoga, Zen Yoga propose toute sorte de cours a 10$.

Où loger ?

Nous avons logé a l’hostal Brisas y Olas, en centre ville (20$ la chambre avec salle de bain privée et café inclus). Les auberges de San Juan sont aussi très bien mais les prix sont bien plus élevés.

Où manger ?

O’Shop et Salud Kitchen proposent de bons petits déjeuners pour des prix variants entre 3 et 5$. Pour un déjeuner rapide, ne manquez pas les Pupusas du petit restau salvadorien, une tuerie !

 

Les environs de San Juan del Sur (Playa Maderas, Playa Marsella, Playa San Lorenzo

Playa Maderas

Les environs de San Juan del Sur regorgent de belles plages a visiter. Certaines plus calmes pour la baignade, d’autres plus propices au surf. Nous avons essentiellement profité de 3 plages dans les environs : Playa Maderas, Playa Marsella et Playa San Lorenzo. Sur la belle Playa Maderas vous pouvez contempler un splendide coucher du soleil et vous essayer au surf : 10$ la location de la planche, 30$ pour 2 heures de cours. Playa San Lorenzo et son sable fin est plus propice a la baignade et la bronzette. Quant a la Playa Marsella, la baignade est plus dangereuse pour cause de crocodiles…

Où dormir ?

Nous avons séjourné a Casa Maderas, a 10 minutes a pied de Playa Maderas et Playa Marsella.
Les prix sont un peu plus chers qu’en ville (36$ pour une cabine privée) mais cela reste un très bon rapport qualité-prix car vous économisez sur les trajets entre San Juan et les plages et les activités sont moins chères : 25$ pour 2 heures et demi de cours surf et location de planche pour toute la journée. Amateurs de yoga, les cours (10$) de la Casa Maderas sont exceptionnels, avec une vue sur toute la chaine forestière. Par contre, vous ne pouvez pas ramener a boire ou manger, la seule option est le restaurant sur place, un peu plus cher que si l’on mange dehors mais très bon !

 

Passer au Costa Rica depuis le Nicaragua

Pour ceux qui ont la chance de poursuivre le voyage vers le sud et souhaitent passer au Costa Rica, vous avez 2 options : passer par une agence qui arrange tout pour vous (entre 30$ et 45$) ou y aller par vous-mêmes. Nous avons choisi la deuxième option et voici comment nous avons fait :

  • Prenez un bus a San Juan Del Sur pour Rivas et descendez a La Virgen ( environ 1$)
  • Prenez le bus jusqu’a Las Penas Blancas ou se trouve la frontière (0,5$, 1$ si vous avez un gros bagage)
  • Sortez du Nicaragua (3$ pour les formalités administratives) et traversez la frontière jusqu’au Costa Rica (environ 1km a pied)
  • Remplissez le formulaire d’immigration et vous voilà au Costa Rica !
  • Prenez un bus local du Costa Rica pour rejoindre votre prochaine destination.

C’est plus contraignant mais beaucoup plus économique (5$ vs 33$ si vous passer par l’agence la moins chère!)
Attention car a la frontière Costaricaine ils peuvent vous demander un justificatif de sortie du territoire (par exemple un billet de bus ou d’avion au départ du Costa Rica). Si vous avez un billet d’avion d’une autre destination, ils peuvent alors refuser de vous donner le coup de tampon (ce qui est totalement stupide car si votre billet d’avion est de Colombie, vous êtes bien obligés de quitter le pays…). Il vous faudra alors vous rendre dans les boutiques d’a cote et acheter le billet de bus le moins cher qui vous permettra de quitter le pays. Pour évitez cela vous avez plusieurs options :

  • Réserver un billet d’avion puis l’annuler par la suite
  • Petit coup de Photoshop sur un ancien billet ou une réservation mail.

Christelle

You may also like

Sur la route du Nord de l’Argentine
Le Pérou autrement…
3 janvier 2018
Culture, Itinéraires