Impressions : l’authentique Birmanie !

POSTED BY   Kuba
19 juin 2018

 

Voici nos impressions de la Birmanie , après un court mois passé dans le pays en tant que touristes et volontaires. N’hésitez pas à nous partager vos impressions si vous avez aussi eu la change de voyager dans cet authenique pays !

 

Des hommes en jupes

Dès notre arrivée dans le pays nous avons été surpris par les Longyis, jupes que les hommes Birmans portent au quotidien. Pour être plus précis, il s’agit d’un tissu cylindrique qu’on enfile sur les jambes et qu’on attache en se servant du surplus de tissu sur le devant. Il existe une multitude de Longyis qui diffèrent par les motifs, les couleurs ou encore la qualité du tissu mais ils partagent tous la caractéristique d’être pratiques et légers. Cela en fait un habit parfait pour supporter la chaleur du pays. Les Birmans usent leur créativité pour exceller dans l’art de porter le Longyi : ils choisissent entre différents noeuds (certains sont d’ailleurs réservés aux moines), avec quelques plis et noeuds supplémentaires ils ajustent la taille du Longyi pour l’adapter à leurs besoins (pour la pratique d’un sport par exemple) et utilisent le surplus de tissu pour se faire des poches ou ils peuvent glisser leur argent ou leur portable. Si vous passez par le pays, on vous conseille vivement d’en acheter un ! Il vous procurera un certain sentiment de liberté et vous aidera à créer des liens car vous ferez sourire les locaux. Ils n’hésiteront d’ailleurs pas à vous arrêter dans la rue pour réajuster votre longyi ou refaire votre noeud.

 

 

Les dents rouges et visages jaunes

Si vous visitez le pays, vous allez surement être intrigués par les dents et crachats rouges de ses habitants. Rassurez-vous, ce n’est pas du sang mais du betel, un mélange de la noix d’arec et de chaux enroulé dans une feuille de bétel. Les Birmans en mâchent à longueur de journée. Si les feuilles de bétel sont utilisés dans beaucoup de pays comme médecine naturelle, le mélange avec la noix d’arec et la chaux est un stimulant. À faible dose, les effets sont similaires à la caféine et au tabac. À haute dose par contre, les effets se rapprochent plus de la cocaïne. On peut donc comprendre pourquoi les Birmans en raffolent. Toutefois il y a aussi un prix fort à payer : il y a le risque d’attraper un cancer de la cavité buccale et vos dents se décomposent progressivement, ce qui finit par vous donner un sourire de vampire.
La deuxième chose intrigante est le Thanaka, une pâte cosmétique que les femmes, enfants et, dans une moindre mesure les hommes, s’appliquent sur le visage. Pouvant être vendu en pâte ou en poudre, le Thanaka s’obtient en râpant l’écorce d’un arbre et en le mélangeant avec de l’eau. Il est appliqué sur le visage en motifs simples comme des ronds ou des larges traits. Ses fonctions sont différentes : il protege la peau du soleil et la rend douce, il combat l’acné et … sert de maquillage.

 

 

Agriculture à l’ancienne

L’agriculture reste un secteur très important en Birmanie car il représente encore 25% du PIB et emploie surtout 60% de la population. Les produits phares sont le riz, la pomme de terre, les oignons, les tomates et des épices comme le gingembre et le chili. Ces produits sont ensuite vendus sur les marchés locaux, à la piece ou au sac. En voyageant dans les zones rurales du pays, nous avons eu la chance d’observer les Birmans travailler au champ et avons été choqués par leurs méthodes de travail : tout est fait main ! Pour vous donner un exemple, ils moissonnent encore le blé à la faucille, un outil qui a disparu en Europe il y a déjà trois ou quatre générations ! Pas de tracteurs ni de machines pour vous aider non plus, seulement un buffle capricieux que les Birmans respectent énormément et considèrent comme membre de leur famille. Enfin, ils brulent encore leurs champs avant de semer à nouveau dessus afin de détruire les insectes et maladies et fertiliser le sol avec les cendres.

 

 

Tout un monde

La Birmanie est un puzzle ethnique extrêmement complexe car elle englobe plus de 130 minorités qui ont leurs propres langues, propres habits traditionnels et propres cultures. Si c’est quelque chose de très intéressant pour les visiteurs du pays, c’est plus compliqué pour ses habitants car certaines régions du pays sont chroniquement touchées par des confits armés avec des minorités ethniques (notamment les États de Kachin, Shan et Ta’ang). Récemment, c’est la situation des Rohingyas (minorité musulmane de l’État de l’Arakan) qui est devenue plus que préoccupante. À cause d’un nationalisme bouddhiste croissant, le peuple de Rohingyas subit des attaques d’une violence telle qu’ils sont obligés de fuir le pays pour le Bangladesh voisin. Cette crise porte un coup dur à Aung San Suu Kyi, célèbre militante et prix Nobel de la paix, qui est aux commandes de la transition démocratique qu’a entamée le pays (la Birmanie sort tout juste d’un demi-siècle de junte militaire). Suu Kyi est critiquée à l’international pour son inaction dans la crise mais la réalité de la situation est bien plus complexe. Son gouvernement et elle-même ont les mains liées car c’est toujours l’armée qui détient toujours la majorité du pouvoir et entrer en confrontation directe avec elle peut mettre en danger sa position de leader politique qu’elle a mis si longtemps à obtenir.

 

 

Bouddhisme

La Birmanie est sans aucun doute le pays le plus religieux que nous avons visité jusqu’ici. Sa religion principale est le bouddhisme, pratiqué par 89% de la population, et on peut vous dire qu’il ne s’agit pas juste d’une statistique. La religion est une chose très importante pour les Birmans et elle joue un rôle significatif dans leurs vies. Vous voulez des exemples ?

  • La majorité des hommes birmans entrent au monastère deux fois dans leurs vies. Une première fois en tant que novice, avant l’âge de 20 ans, puis une deuxième fois, souvent lorsqu’ils sont plus âgés. C’est une grande fierté pour la famille d’envoyer leurs enfants au monastère et ils le fêtent dignement avec de la musique et des fleurs. Grâce à ces séjours, dont la durée peut varier entre 7 jours et toute une vie, la Birmanie a la plus grande proportion de moines au sein de sa population du monde entier. Quant aux filles, elles peuvent échapper à ces séjours et elles essaient à tout prix des les éviter pour … ne pas avoir à se couper les cheveux.

  • Le nombre de temples est impressionnant et chaque maison a son petit autel pour Bouddha où ils déposent entre autres des encens, de l’eau et des fruits. Attention à ne pas pointer vos pieds vers l’autel de la maison si vous ne voulez pas offenser vos hôtes et ruiner votre Karma !

  • Les moines jouissent du plus haut statut au sein de la société et sont très respectés (ce qui d’après nous crée certains abus dont on vous parlera dans un prochain article!).

  • Les Birmans croient la loi du Karma et pensent que faire des bonnes actions les aidera lors de leur renaissance. Pour cette raison, ils dépensent beaucoup d’argent dans des donations et sont très généreux avec la nourriture offerte aux monastères. Tout cela fait que la Birmanie est le pays avec la plus grande proportion de revenus dépensés pour la Religion.

 

 

Pauvreté et gentillesse des gens

Même si la situation s’est un peu améliorée dans les dernières années, la Birmanie reste indéniablement un pays pauvre. Les conditions de vie dans les zones rurales sont rudes mais c’est surtout aux abords des grandes villes que la pauvreté est la plus criante. Fuyant les campagnes à la recherche d’un travail, beaucoup de Birmans se retrouvent en ville désillusionnés et sans rien. Ils vivent sous des bâches en plastique au bord des routes et essaient de cultiver quelques légumes afin de pouvoir manger un bout de temps en temps. Beaucoup d’ailleurs fuient le pays pour tenter leur chance chez leurs voisins. Récemment, c’est la Thailande qui accueille beaucoup de Birmans, ce qui crée d’ailleurs un problème sur son marche de travail (un peu comme le plombier polonais en France). Toutefois, malgré cette pauvreté, les Birmans ont le coeur sur la main et c’est probablement les gens les plus gentils et adorables que nous avons rencontrés lors de notre voyage. C’est encore plus vrai lorsque vous vous éloignez des sentiers battus car les locaux vous invitent, vous aident et surtout, refusent votre argent lorsque vous voulez les remercier ou que vous essayer de payer vos petits achats. Du jamais vu pour nous.

 

 

Kuba

You may also like

Impressions : Un roadtrip à travers la Nouvelle-Zélande !
5 juin 2018
Impressions
Impressions : Argentina !
5 avril 2018
Impressions